À la une

VIDEO. Incivilités, vitesse excessive : le maire d’un petit village d’Ariège fait appel à la brigade verte

today10 juillet 2024 à 18h29 5

Arrière-plan
share close

Podcast :

Excédé par les chauffards, le maire de Bédeilhac et Aynat n’a pas hésité à solliciter les services d’une « brigade verte ». Focus.

Vêtu d’un polo vert, écussons sur les manches et les épaulettes, Jacky Auch, membre de la «Brigade Verte » et garde assermenté, est positionné le long de la RD 618, au cœur du village de Bédeilhac et Aynat. Alors qu’il se concentre sur le contrôle des excès de vitesse des conducteurs, veillant ainsi au respect des règles de circulation, sa présence ne passe pas inaperçue dans ce petit village de haute-Ariège.

« On a des résultats »

Missionnée par la municipalité de Bédeilhac et Aynat depuis bientôt un an, cette brigade – souvent méconnue du grand public – a permis au village de Bédeilhac de retrouver « une certaine sérénité », confie Michel Anquet le maire du village : « ça nous coûte 3000 euros par an, nous avons voté leur recrutement au conseil municipal, notamment à cause d’un problème de grande vitesse sur la route départementale, et petit à petit c’est rentré dans l’ordre, on a des résultats ». Cependant, le maire l’assure « Il n’est pas question de remplacer la gendarmerie ». « On sait que nos gendarmes sont très occupés, alors cette brigade verte vient en complément, et intervient lors d’incivilités, de dépôts d’ordures, de mauvais stationnements, et leur présence a permis de désamorcer plusieurs conflits ». 

Ayant pour principale mission la surveillance et la protection du milieu rural, les gardes de la brigade verte appartiennent au cadre d’emploi dit de « police municipale ». Sous l’autorité des Maires, ils interviennent essentiellement sur des missions de surveillance (forêts et voiries), font appliquer les règlements de police et de circulation, contrôlent les activités de chasse et de pêche, gèrent les animaux en errance, interviennent contre les bruits les nuisances diverses, et peuvent même éviter les constructions sans permis et les infraction au Plan Local d’Urbanisme (PLU).

« D’un maire à un autre, les gens parlent »

Peu connue des citoyens, cette brigade rurale possède cependant un large champs de compétences, et ses gardes sont de plus en plus sollicités : « ça commence à prendre le pas, assure Jacky Auch, d’un maire à un autre, les gens parlent et se disent qu’on est là pour solutionner des petits problèmes qu’ils ont bien souvent du mal à gérer ».

Communes, collectivités, propriétaires, privés : les appels se font de plus en plus nombreux. « Nous allons être missionnés pour le Tour de France par les propriétaires forestiers du Plateau de Beille, en complément avec d’autres services sans doute, pour surveiller le territoire,  éviter les feux, le camping sauvage ».

Si le but premier de la brigade n’est pas de verbaliser mais de faire une petite remontée de bretelles, pas question toutefois de minimiser leur pouvoir de Police : « Nous sommes des agents chargés de certaines fonctions de police judiciaire, donc à partir de là nous sommes là pour faire appliquer la réglementation d’une manière générale. Nous avons prêté serment, et à partir de cette prestation de serment, nous pouvons relever toutes les infractions et dresser des procès-verbaux ».

Focus sur la brigade verte

En Ariège, si les gardes de la brigade verte se comptent sur les doigts de la main pour l’ensemble du département, le développement du secteur est en plein expansion : « En nous sollicitant, ça crée évidemment des emplois, la demande est là, et nous avons bien l’intention de grossir nos rangs ». Commissionnée et sous l’autorité des maires, assermentée, et agréée par le Préfet via un arrêté préfectoral, la brigade verte dispose d’un large panel d’outils, et la confédération est liée par convention avec le ministère de l’intérieur ».

A lire aussi : Tour de France 2024 : consultez les conditions de circulation qui seront perturbées dès vendredi

Écrit par: Stephanie Leborne

Rate it

0%