Une opération «anti-migrant», menée par des militants d’extrême-droite dans les Pyrénées

Mardi 19 janvier, les militants du groupuscule Génération Identitaire se sont rassemblés sur le col du Portillon en Haute-Garonne pour mener une opération « anti-migrant ». 

Le groupe d’extrême-droite fait encore parler de lui par ses actions militantes. Cette fois, la « Mission Pyrénées » rassemble une trentaine de doudounes bleues dans la neige, avec des banderoles. Le slogan est écrit en gros, « défend l’Europe ».

Les membres patrouillent sur le col du Portillon, une zone de passage transfrontalière, pour déployer une propagande anti-migrant. Ils traquent les éventuels migrants qui auraient l’audace de s’aventurer dans le secteur. 

Le passage entre la France et l’Espagne par la Haute-Garonne n’est pas le plus privilégié. Le col du Portillon est d’ailleurs fermé. Le gouvernement souhaite protéger la France de la menace terroriste en bloquant des cols pyrénéens. Pour Génération Identitaire, les autorités, ayant annoncé la fermeture du col, ont manqué à leur parole. 

Des conséquences politiques 

Le ministre de l’Intérieur envisage de dissoudre le groupe. Les élus locaux, dont le préfet de Haute-Garonne, Etienne Guyot, la présidente de la région, Carole Delga, ou encore, le député, Joël Aviragnet ont condamné les actions du groupe et ont demandé sa dissolution. 

Hier, une enquête pour « provocation publique à la haine » a été ouverte, cite La République des Pyrénées. En 2018, Génération Identitaire avait mené une opération semblable dans les Alpes. Le groupuscule a échappé plusieurs fois à un démantèlement. 

Eléonore Ester

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *