Un trafic de civelles vers la Chine traversait l’Ariège

Le Parisien a révélé l’affaire vendredi. 50 kg de civelles ont été saisis en mars 2019 en Ariège. Les 3 trafiquants chinois ont été jugés vendredi à Bordeaux (33). En Asie, les alevins d’anguille valent plus cher que la cocaïne.    

C’est un contrôle routier effectué en mars 2019 par la douane ariégeoise, à Ax-les-Thermes qui a permis de stopper ce trafic. Les trois ressortissants chinois ont été pris la main dans le sac, à bord d’un camion de location immatriculé en Espagne, ont rapporté France 3 et Le Parisien. A l’avant, les douaniers ont récupéré 3.000 euros en liquide. A l’arrière, un butin de 50 kg de civelles enfermés dans des sachets plastiques. 

Les trois hommes ont été condamnés à la prison ferme, vendredi, à Bordeaux. 5 ans et 3 ans de sursis pour deux d’entre eux. Le troisième, un « chauffeur », y passera 1 an ferme.

Un trafic de plusieurs milliards d’euros

Ne se reproduisant pas en captivité, les anguilles ont été pêchées à l’état larvaire. Elles ont été ensuite placées dans des poches en plastique, avec des blocs de glace pour les conserver. Les alevins sont ensuite placés en élevages. Beaucoup meurent durant le voyage jusqu’à l’Asie. En dehors de l’Union européenne, l’exportation d’alevins d’anguilles est interdite. 

Les trois prévenus ont déjà été placés en détention provisoire, après une arrestation à Tarascon-sur-Ariège, en 2019. L’un d’eux avait déjà été interpellé à Lisbonne pour transport d’espèces protégées, en janvier 2019. Le trafic d’espèces protégées vers le marché noir de la Chine est estimé à plusieurs milliards d’euros, selon l’association Sustainaible Eel Group. 

Les alevins d’anguille, appelés pibale (pibala en occitan) sont très prisés dans la gastronomie espagnole et asiatique (Japon, Chine, Taïlande…). En Chine, les pibales sont surtout élevées pour devenir des anguilles de 3 ou 4 kg. Les Asiatiques attribuent des vertus aphrodisiaques aux alevins d’anguilles.  

Eléonore Ester

Crédit photo : Maxppp – Jérôme Fouquet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *