Préavis de grève des agents des domaines skiables : « peu suivi » dans les Pyrénées

Contre la réforme des retraites, les syndicats des remontées mécaniques annoncent une grève en février. CGT et Force ouvrière, qui représentent 100 % des voix dans les stations de ski, prévoient de se mobiliser pour contester la réforme des retraites et demander de meilleures conditions de travail.

(Image Illustration)

De quoi bloquer les amateurs de ski sur toutes les pistes de France ? Il reste malgré tout peu probable que les salariés des stations soient en grève tous les jours.

D’après nos informations le mouvement sera assez peu suivi dans nos stations Pyrénéennes. La faute à un contexte économique déjà fragile pour les saisonniers des stations.

Il n’y a pas de préavis déposé pour Ax 3 Domaines. Nous sortons d’une période de chômage partiel dû au manque de neige, et bien que solidaires du mouvement national, les salariés, pour la majorité des saisonniers, ne peuvent pas encore se permettre une perte de salaire.

Stéphanie Teixeira, déléguée Force Ouvrière à Ax 3 Domaines

Même situation à Gourette, dans les Pyrénées Atlantiques. Pour Franck Julien, ancien délégué FO, le secteur est déjà trop en difficulté pour être suivi. Cela est dû au fait notamment que les saisonniers sont relativement jeunes, « 30% du personnel à changé depuis le Covid, nous avons des saisonniers avec beaucoup de turn over, qui ne font donc pas grève ». Pourtant les revendications sont nombreuses et les saisonniers notamment du secteur du tourisme hivernal sont les premiers à pâtir de la situation économique et de la réforme des retraites :  » Nos emplois sont précaires car les saisonniers enchainent de mois sans travail et parfois sans chômage, cette politique de réforme va détruire l’emploi saisonniers « .

Du coté de Font Romeu selon nos informations, le mouvement sera également peu voire pas suivi toujours dans l’optique de ne pas « se tirer une balle dans le pied ».

Au Grand Tourmalet enfin, une faible mobilisation s’annonce, comme la dernière journée de mobilisation où une dizaine de personne était en grève, « le contexte n’incite pas les travailleurs, qui ne peuvent pas perdre de journée de salaire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *