PORTRAITS : Qui sont sont les députés élus en Ariège, dans l’Aude, la Haute-Garonne et les Pyrénées-Orientales ?

Crédit photo : Flickr

Ariège :

  • Bénédicte Taurine, NUPES, 46 ans.

Bénédicte Taurine, née à Lavelanet, est enseignante en SVT dans un collège. Elle a débuté son mandat de députée en 2017 avec La France Insoumise avant d’être réélue ce 19 juin 2022 sous les couleurs de la NUPES (Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale). Lors de son premier mandat, elle était membre de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale. En 2017, elle s’est dit favorable au maintien de l’Ours dans les Pyrénées.

  • Laurent Panifous, DVG, 45 ans.

Laurent Panifous est un élu bien connu du paysage politique ariégeois. Maire du Fossat depuis
2014 , il est également Président de la Communauté de Communes Arize-Lèze. Laurent Panifous est également président du PETR (le Pôle d’Equilibre Territorial et Rural) de l’Ariège. Dans le privé, le nouveau député est directeur des EHPAD et du Service de Soins Infomriers à Domicile des Portes d’Ariège Pyrénées à Saverdun et Mazères.

Aude :

  • Christophe Bartès, RN, 56 ans.

Christophe Bartès est conseiller régional d’Occitanie et délégué départemental du Rassemblement National dans l’Aude depuis 2015. Dans le privé, il est agriculteur et viticulteur à Trèbes.

  • Frédéric Falcon, RN, 36 ans.

Frédéric Falcon est nouveau dans la politique. Il a été écarté de l’UMP en 2014, pour rejoindre le Rassemblement National en 2017, mais Frédéric Falcon ne s’était jamais présenté à un scrutin. Dans le privé, le nouveau député de la deuxième circonscription de l’Aude est chef d’entreprise d’une société de conseil en investissement.

  • Julien Rancoule, RN, 29 ans.

Julien Rancoule n’en est pas à son premier scrutin. Candidat depuis 2014 aux élections municipales, départementales et régionales, il est finalement élu lors des élections législatives. Originaire de Limoux, il a travaillé dans le secteur de la sécurité avant de créer son entreprise de formation dans ce même secteur. Il est également pompier volontaire.

Haute-Garonne :

  • Hadrien Clouet, NUPES, 30 ans.

Hadrien Clouet est l’une des figures de l’ombre de la France Insoumise. Proche de Jean-Luc Mélenchon depuis plusieurs années, il a été animateur du pôle argumentaire pour la campagne présidentielle de 2017, avant d’élaboré le programme présidentiel en 2022. Il est spécialiste des politiques socialistes et du droit du travail. Hadrien Clouet est également enseignant chercheur à l’université Toulouse Jean-Jaurès.

  • Anne Stambach-Terrenoir, NUPES, 41 ans.

Anne Stambach-Terrenoir est, depuis 2019, attachée parlementaire du député européen Manuel Bompard. Le duel de ce second tour des élections législatives dans la deuxième circonscription de Haute-Garonne était le même qu’en 2017. Cette fois-ci, c’est la candidate NUPES qui l’a emporté.

  • Corinne Vignon, ENSEMBLE, 59 ans.

Corine Vignon, née à Agen, a été maire de Flourens entre 2014 et 2017. Elle a débuté son mandat de députée en 2017 avec La République en Marche avant d’être réélue ce 19 juin 2022 sous les couleurs d’Ensemble, toujours la majorité présidentielle. Lors de son premier mandat, elle était présidente du groupe de travail sur la réforme des retraites à l’Assemblée nationale.

  • François Piquemal, NUPES, 37 ans.

François Piquemal est professeur d’Histoire-Géographie et de lettres au lycée profesionnel du Mirail, à Toulouse. Il a milité pendant de nombreuses années avec l’association Droit au logement, où il a été porte-parole pendant dix ans. François Piquemal est également élu au conseil municipal de Toulouse avec Archipel Citoyen et co-président du groupe d’opposition Alternative municipale citoyenne.

  • Jean-François Portarrieu, ENSEMBLE, 56 ans.

Corine Vignon, née à Aucamville, est conseiller municipal à Toulouse et conseiller communautaire à Toulouse Métropole depuis 2020. Il a débuté son mandat de député en 2017 avec La République en Marche avant d’être réélu ce 19 juin 2022 sous les couleurs d’Ensemble, toujours la majorité présidentielle. Lors de son premier mandat, il siégeait au sein de la commission des Affaires Etrangères. Avant sa première élection en 2017, il enseignait la philosophie en région parisienne avant de revenir à Toulouse comme journaliste à La Dépêche du Midi. Il fait également parti de l’équipe du XV parlementaire.

  • Monique Iborra, ENSEMBLE, 77 ans.

Monique Iborra, née à Maison Carrée en Algérie, est une figure politique de la région Occitanie. D’abord adjointe au maire de Lévignac-sur-Save entre mars 1989 et juin 1995, elle est ensuite conseillère municipale de Muret entre 2001 et 2007. Enfin, entre 2004 et 2010, Monique Iborra est première vice-présidente de la Région Midi-Pyrénées, chargée notamment de l’emploi, de la formation et de la politique de la ville. Lors de son premier mandat, elle faisait partie de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale et membre de la délégation d’Outre-Mer.

  • Christophe Bex, NUPES, 60 ans.

Christophe Bex est novice dans la politique toulousaine. Salarié des PTT (Postes, Télégraphes et téléphones) pendant 16 ans, il est délégué syndical FSU puis SUD Éducation à l’université Toulouse Jean-Jaurès où il était attaché d’administration. En 2017, il s’était présenté avec les couleurs de La France Insoumise. Christophe Bex était arrivée troisième face à la député En Marche Élisabeth Toutut-Picard.

  • Joël Aviragnet, DVG, 66 ans.

Joël Aviragnet, né à Encausse-les-Thermes (Haute-Garonne), est devenu député en 2014 lors de la nomination de Carole Delga au gouvernement. Lors des élections législatives, il est investi par le Parti Socialiste, pour la NUPES, au mois de mai avant d’être temporairement désinvesti après l’opposition de la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga. La Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale décide de le réinvestir avant le second tour. Avant sa carrière politique, Joël Aviragnet était éducateur spécialisé.

  • Christine Arrighi , NUPES, 62 ans

Christine Arrighi est la touche écologiste de la NUPES. Elle a débuté sa carrière en politique au côté de l’ancien maire socialiste de Toulouse Pierre Cohen. Ce dernier, maire également de Ramonville (Haute-Garonne) entre 1989 et 2008, avait nommé Christine Arrighi adjointe au maire à la culture. Elle était, de 2016 à 2020, secrétaire régionale d’Europe Écologie Les Verts en Midi-Pyrénées. Retraitée depuis le mois de février, Christine Arrighi était administratrice des finances publiques.

  • Dominique Faure, ENSEMBLE, 62 ans

Dominique Faure est maire de Saint-Orens-de-Gameville depuis 2014. Elle débute sa carrière en politique il y a dix ans lors des élections législatives de 2012, où elle termine deuixème derrière le socialiste Kader Arif. Elle retente sa chance en 2017 sous l’étiquette de l’Union des démocrates indépendants avant d’être éliminée dès le premier tour. Elle rejoint La République en Marche à la fin de l’année 2017. Diplômée de l’INSA, la nouvelle députée du lauragais a été directrice régionale de SFR avant de partir chez Véolia. Dominique Faure a été joueuse de tennis de haut-niveau (numéro 12 Française).

Pyrénées-Orientales :

  • Sophie Blanc, RN, 54 ans.

Sophie Blanc, née à Toulouse, vit dans les Pyrénées-Orientales depuis une vingtaine d’années. Elle démarre sa carrière politique en 2015 en devenant conseillère régionale. Sophie Blanc est également adjointe au maire à la mairie de Perpignan, en charge de l’éducation et la restauration scolaire, et conseillère communautaire de Perpignan Méditerranée Métropole. Dans le privé, elle est docteure en droit et avocate au barreau de Perpignan. 

  • Anaïs Sabatini, RN, 32 ans.

Anaïs Sabatini est originaire de Perpignan où elle a fait des études de droit avant de devenir avocate en droit de la famille et droit des enfants. Sa carrière politique a démarré avec les Jeunes populaires de l’UMP. Un parti qu’elle quitte avant d’intégrer la liste de Louis Aliot pour les municipales. Elle devient adjointe au maire de la mairie de Perpignan en charge de la commande publique, de la jeunesse et des affaires juridiques. 

  • Sandrine Dogor-Such, RN, 51 ans.

Sandrine Dogor-Such est adhérente du Rassemblement National depuis 2015 et adjointe au maire à la mairie de Perpignan en charge des affaires sociales depuis 2020. Elle avait été battue en 2017 par Laurence Gayte, la candidate En Marche. Dans le privé, Sandrine Dogor-Such est préparatrice en pharmacie.

  • Michèle Martinez, RN, 54 ans.

Michèle Martinez est déléguée à la mairie de Perpignan au sport professionnel et passionnée de rugby. Elle a travaillée pendant une vingtaine d’année dans une étude d’huissier de justice. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.