Occitanie : Dernière ligne droite avant les élections régionales

Deux semaines avant le début du scrutin, les 8 prétendants au fauteuil de président de la Région Occitanie mènent leur campagne au plus près des habitants. En Occitanie, les 4,1 millions d’électeurs se rendront bientôt aux urnes pour désigner la liste de leur choix. Dernières actualités, candidats, nous vous résumons les faits à retenir. 

Le premier tour se tiendra entre le 20 et le 27 juin, pendant la même période que les élections départementales. La particularité de cette année réside dans le report de l’événement, en rapport avec la crise sanitaire. Ce sera donc trois mois après la date premièrement évoquée qu’aura lieu le suffrage devant désigner 158 élus, qui choisirons à leur tour leur président ou présidente. Ce changement représente un moment important de la vie politique locale, puisque les conseils régionaux sont compétents dans de nombreux domaines. Entre lycées, transports régionaux et économie, leurs actions impactent largement la vie des habitants.

Les derniers sondages

Selon l’Institut français d’opinion publique (IFOP), commandé par La Tribune et Europe 1, l’extrême droite l’emporterait au 1er tour avec 30 % des voix, derrière la présidente sortante Carole Delga (26 %), en 3e Aurélien Pradié soutenu par Les Républicains (14 %) et puis Vincent Terrail-Novès soutenu par La République en Marche (13 %). L’écologiste Antoine Meurice arriverait 5e avec 10 % des voix.

Pour le second tour, Carole Delga l’emporte dans plusieurs cas de figure. Dans une quadrangulaire, la candidate socialiste l’emporterait avec 37 % (Jean-Paul Garraud (30 %), Vincent Terrail-Novès (17 %) et Aurélien Pradié (16 %)). Dans l’hypothèse d’une triangulaire, le constat reste le même, avec une victoire de Carole Delga avec 40 % des voix.

Les candidats en détail

« Rassembler l’Occitanie », Jean-Paul Garraud (LRN)

Ancien magistrat, maintenant député européen, ce Toulousain rassemble son parti, l’extrême droite, ainsi que la droite populaire. Les thématiques évoquées dans son programme sont la sécurité, l’attractivité économique tout comme l’emploi.  

« Occitanie populaire », Myriam Martin (LFI)

La candidate ariégeoise, conseillère régionale d’Occitanie, se dresse en représentante de l’opposition au gouvernement. Les thématiques évoquées dans son programme sont entre autres la santé, l’écologie, ainsi qu’une « rénovation démocratique ». 

« Bastir Occitanie », Jean-Luc Davezac (LREG)

La liste régionaliste est présentée par le professeur Jean-Luc Davezac, et soutenue par « Occitanie País Nòstre ». Les thématiques évoquées dans son programme sont l’économie de proximité, la transition écologique et l’identité occitane. 

« Du courage pour l’Occitanie ! », Aurélien Pradié (LUD)

Le secrétaire général du parti Les Républicains est à la tête d’une liste de droite, qui trouve un support auprès du maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc. Les thématiques évoquées dans son programme sont l’économie, l’emploi, la santé. 

« Nouvel élan pour l’Occitanie », Vincent Terrail-Novès (LUC)

Cette liste ouvertement « sans étiquette » est menée par l’actuel maire de Balma, Vincent Terrail-Novès. Il reçoit le soutien de la majorité présidentielle et de plusieurs proches du maire toulousain. La thématique principalement évoquée est celle de la relance économique ; mais le candidat propose également aux électeurs de décider des thématiques qui seront traitées en priorité. 

« L’Occitanie Naturellement », Antoine MAURICE (LECO)

Ce conseiller municipal de Toulouse représente le parti EELV, mais réunit également plusieurs mouvements écologistes. Son programme diffère de celui de Carole Delga, avec laquelle il ne compte pas s’allier avant le premier tour. Les thématiques évoquées sont évidemment l’écologie, mais aussi le secteur aéronautique et le social. 

« L’Occitanie en Commun », Carole Delga (LUGE)

À la tête de cette liste d’union de gauche, la présidente sortante peut compter sur le soutien du PS, mais aussi du PRG, PCF ou bien d’Occitanie écologie. Les thématiques évoquées dans son programme sont l’éducation, l’emploi, l’écologie ou bien encore la santé. 

« Lutte ouvrière – faire entendre le camp des travailleurs », Malena Adrada (LEXG)

Impliquée dans plusieurs scrutins, cette professeur des écoles représente le parti Lutte Ouvrière. Les thématiques évoquées dans son programme sont la reconnaissance des travailleurs et de leurs emplois, tout comme la dénonciation du système capitaliste. 

« Union Essentielle », Anthony Le Boursicaud (LDIV)

Déposée in extremis par cet habitant des Pyrénées-Orientales, cette liste s’affiche comme étant citoyenne. Anthony Le Boursicaud, éducateur à l’environnement, présente des inscrits actuellement sans mandat politique. Les thématiques évoquées dans son programme sont les enjeux sociétaux, la démocratie participative ou bien les « droits fondamentaux ». 

Tout est donc prêt pour cette nouvelle élection, qui déterminera les directives régionales durant les six prochaines années. La seule inconnue de cette équation reste la question de l’abstention, qui avait battu des records lors des élections municipales de 2020. Selon le sondage IFOP, l’abstention devrait s’approcher des 59 %.

Emma Le Fortier et Anthony Delmas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.