Crédit photo : Banque Alimentaire

Occitanie : 47 projets retenus dans la lutte contre la pauvreté

Crédit photo : Banque Alimentaire

Le ministère des Solidarités a présenté, le 13 avril, les résultats de l’appel à projets en Occitanie dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. 47 projets portés par des associations régionales ont été retenus en Occitanie, 3 893 621 d’euros vont leur être alloués.

« L’Occitanie est la troisième région la plus pauvre, avec notamment des disparités territoriales fortes entre les 13 départements qui la composent, et un nombre important de familles monoparentales« , constate Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie. La crise sanitaire actuelle accentue les vulnérabilités des plus pauvres tout en créant de nouvelles situations de précarité. Le gouvernement a mis en place une stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté dans le cadre du plan France Relance. Pour cela, un appel à projets a été proposé à diverses associations : lutte contre la précarité alimentaire, l’accès aux droits, le soutien aux familles, l’insertion sociale et professionnelle. Il doit permettre de soutenir des projets autour des trois objectifs : développer des actions innovantes pour améliorer les services rendus aux personnes en situation de précarité ; moderniser les dispositifs d’accès aux biens essentiels (alimentation et produits d’hygiène) des personnes en situation de précarité, pour éviter les ruptures d’accès aux biens ; adapter les systèmes d’information et infrastructures des associations pour les rendre plus efficients sur le plan environnemental et économique.

Le succès de l’appel à projets en Occitanie

2 610 projets ont été déposés au niveau national, dont 262 en Occitanie, plaçant la région en troisième position en termes de nombre de propositions reçues, derrière l’Île-de-France et les Hauts de France. Un engouement qui témoigne de l’intérêt des associations envers ce projet. Pour la première vague, 47 projets ont été sélectionnés. Ils ont été répartis en 4 thématiques :

  • La lutte contre la précarité alimentaire et l’accès aux biens essentiels : 18 projets ont été retenus pour un budget de 1 417 597 euros. En Ariège, l’association « Herisson Bellor » va être soutenue pour la création d’une plateforme logistique d’approvisionnement afin de favoriser l’aide alimentaire sur le territoire. Dans les Pyrénées-Orientales, la Banque Alimentaire a été retenue pour l’extension de l’espace administratif et la modernisation du parc informatique. Dans l’Aude, la Banque Alimentaire pourra s’acheter un camion frigorifique. L’Association Aude Urgence Accueil devrait améliorer la chaîne logistique d’aide alimentaire.
  • L’accès aux droits : 313 853 euros vont être injectés dans 9 projets. Dans les Pyrénées-Orientales, « Cohérence-Réseau pour l’Emploi et la Vie Sociale » a été choisi pour des actions de sensibilisation et d’accompagnement pour des personnes en situation de fragilité psychique en démarche d’insertion. Dans le Gers, les Ateliers Gersois Innovation & Insertion auront à charge le développement d’un épicentre avec une épicerie sociale et solidaire.
  • Le soutien aux familles : 8 projets ont été retenus pour un budget de 691 601 euros. En Occitanie, la Fédération des Acteurs de la Solidarité Occitanie est choisie pour accompagner les familles à l’emploi en structures d’accueil, hébergement et insertion.
  • L’insertion sociale et professionnelle : Près de 500 000 euros vont être injectés dans 12 projets. En Haute-Garonne par exemple, l’Union Cépière Robert Monnier bénéficiera d’une aide pour proposer un logement de transition et assurer le soutien et l’accompagnement à l’insertion sociale et professionnelle.

Début des projets en mai

Le ministère a décidé de débloquer la totalité de l’enveloppe dès 2021 et, pour l’instant, de ne pas lancer une seconde procédure d’appel à projets, comme initialement prévu. C’est donc plus de 30 % du montant des projets éligible qui va pouvoir être soutenue en deux vagues. Le ministère des Solidarités annonce que les premières conventions de subventions seront signées à partir du mois de mai. La seconde vague doit débuter en juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *