Marquixanes : La commission d’enquête donne un avis défavorable à la déviation

Crédit photo : Capture d’écran Google Maps

La déviation de la RN116 à Marquixanes fait couler beaucoup d’encre depuis plusieurs années. Un projet qui a pris un nouveau virage au mois d’octobre avec la publication de l’avis de la Commission d’Enquête.

« Son rôle dans le développement et le désenclavement des territoires que cette véritable colonne vertébrale du département dessert – au-delà des 25 villages et lieux-dits qu’elle traverse – est, à l’évidence, vital.« , explique le rapport de la Commission d’Enquête dans son préambule. Depuis les années 80, les habitants demandent une déviation pour éviter le passage de milliers de véhicules dans la commune. Ils dénoncent un passage accidentogène, où les voitures arrivent sur Marquixanes, juste après une voie rapide limitée à 110km/h et une courte section à 80km/h. L’enquête publique a eu lieu entre le 15 juillet et le 10 septembre 2021. Le rapport vient d’être publié.

Risque d’inondation

Dans cet avis de 80 pages, les commissaires enquêteurs ont listé les différents points qui pourraient s’avérer problématiques dans la construction d’une déviation à Marquixanes. Parmi eux, le risque d’inondation de la Têt sur la RN116. La route se trouverait presque au niveau du fleuve.

Les conclusions montrent également que ce projet aurait plus d’inconvénients (débats autour de la construction, aménagements, aspects environnementaux) que d’avantage, comme le contournement de la ville. « La commission d’enquête après en avoir délibéré et à l’unanimité, émet, en conséquence, un avis défavorable à la Déclaration d’utilité publique pour la déviation de la RN 116 au droit de la commune de Marquixanes.« , expliquent les commissaires enquêteurs à la fin du rapport.

D’autres solutions pour les écologistes

Au lendemain de la publication de cet avis défavorable, le groupe Europe Écologie Les Verts Pyrénées Catalanes dit partager l’avis de la commission d’enquête. Les écologistes sont depuis les premières heures de ce dossier contre le projet de déviation, mais proposent des solutions alternatives :

  • le déplacement de l’arrêt de bus (dans les deux sens) à la hauteur de la salle des fêtes (pour éviter de gêner la circulation de la RN116 pendant qu’ils desservent le village) ;
  • la création d’un « tourne à gauche » en face du bureau de tabac et en face de la Pailleret, pour qu’une voie dédiée permette de t’orner sans gêner la circulation.

Ce rapport ne veut pas dire que le projet est enterré : la préfecture a un an pour déclarer ou non le projet d’utilité publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.