Loups échappés à Cases-de-Pène : la direction réagit

Plus d’un mois après la fuite de six loups du parc ÉcoZonia à Cases-de-Pène, la direction s’est exprimée suite aux résultats de l’enquête. Les conditions de vie dans leur parc d’origine sont mises en cause.

Fin janvier, six loups étaient arrivés d’un parc Zoologique situé à Riga en Lettonie. Un jour après leur arrivée, les animaux s’étaient échappés, mordant un soigneur qui avaient tenté de s’y opposer. Un audit a été réalisé début février, il retrace le parcours des loups jusqu’à leur arrivée dans les Pyrénées-Orientales.

Écozonia reçoit des informations inexactes

Selon l’audit, un des loups, surnommé « Psycho », serait à l’origine de l’accident. L’animal n’aurait plus peur des humains et se montrerait même agressif avec eux. Il aurait été élevé « à la main, dans des habitations« . Ce loup considère donc l’homme comme un semblable avec lequel il peu rivaliser. Des détails qui n’ont jamais été révélés à la direction d’Écozonia qui ajoute avoir reçu des informations « inexactes ou partielles […], notamment concernant la non-divulgation d’information sur le comportement des animaux malgré les nombreuses demandes par mail. »

Les conditions de transport mises aussi en cause

L’audit révèle différents traumatismes qu’ont pu subir les loups pendant le transfert entre la Lettonie et la France. « Les animaux ont été transportés dans des conditions que l’on peut largement considérer comme contraires au bien-être animal », explique la direction du parc. Les loups ont montré des signes cliniques, comme des crocs cassés et des griffes arrachée. L’audit ajoute « l’état des caisses de transport (trappe lacérée et gamelle en inox éventrée) témoigne du stress important qu’ont subi les animaux« . La direction d’ÉcoZonia dénonce ces conditions de transport, il pourrait déposer plainte.

L’enclos du parc analysé

Les loups se sont échappés le 25 janvier, un jour après leur arrivée dans ce parc zoologique des Pyrénées-Orientales. L’enquête a donc aussi porté sur l’enclos. Selon l’audit, il est « adapté » et d’ailleurs utilisé dans d’autres parcs zoologiques. L’enclos n’est donc pas mis en cause. Par mesure de précaution, il a été décidé de renforcer l’intégralité des clôtures d’Écozonia.

Pour l’heure, un loup reste toujours introuvable.

Anthony Delmas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.