JUSTICE : Cédric Jubillar mis en examen pour « homicide volontaire par conjoint »

Le procureur de la République de Toulouse tenait une conférence de presse, Dominique Alzeari a écarté la thèse de l’accident. Cédric Jubillar a été mis en examen pour homicide volontaire par conjoint et écroué ce jeudi.

« M. Jubillar a fourni des explications évolutives pour ne pas dire contradictoires, et même des mensonges tout en continuant à contester les faits« , a expliqué Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse. Les investigations des enquêteurs ont montré que les déclarations du mari de Delphine Jubillar étaient « totalement mensongères » sur les relations entre les deux époux.

La question de l’amant de Delphine

Cédric Jubillar a signifié dans un premier temps ne pas connaître l’existence d’un nouvel homme dans la vie de sa femme Delphine. Dominique Alzeari est revenu sur ce mensonge : « Il avait une très grande difficulté à accepter cette séparation. Il était brutal, grossier, agressif. Il a même organisé une véritable surveillance de son épouse« . Le mari de Delphine a ensuite confirmé qu’il était « parfaitement au courant que Delphine avait un amant« .

Plusieurs éléments contre Cédric

Les gendarmes ont relevé plusieurs indices qui remettent en doute la version de Cédric Jubillar :

  • Le mari a contacté la gendarmerie 16 minutes après s’être rendu compte qu’elle n’était plus là. Quelques mois avant, Delphine avait passé la nuit en dehors de leur maison, il avait seulement appelé ses amis et non les gendarmes. 
  • le podomètre indiquait que Cédric avait fait seulement 40 pas. Or, quand les gendarmes se sont rendus sur place et qu’ils ont fait le tour de la maisonnée podomètre indiquait 380 pas… Le mari avait pourtant dit qu’il avait fait le tour avant l’arrivée des militaires.
  • lorsque les gendarmes sont arrivés au domicile, Cédric venait de lancer une machine à laver dans laquelle se trouvait la couette du lit de Delphine. Elle dormait seule sur le canapé.
  • la voiture. Delphine Jubillar avait pour habitude de garer le véhicule dans le sens de la sortie. À l’arrivée des gendarmes, la voiture était pourtant garée dans le sens inverse. Les militaires ont aussi relevé de la condensation. La vitre côté conducteur était à moitié ouverte, en plein mois de décembre. Le procureur de la République a noté que « les experts ont expliqué que cette condensation correspondait à une présence humaine récente dans ce véhicule« . 

Cédric Jubillar a donc été mis en examen pour homicide volontaire par conjoint. Dominique Alzeari a conclu la conférence de presse en indiquant qu’il n’y avait toujours aucune piste pour retrouver Delphine Jubillar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.