Incident d’éolienne dans le Lauragais : la préfecture ordonne le démontage

Image d’illustration

Le 2 avril dernier, l’une des onze éoliennes que compte le parc situé entre Saint-Félix-Lauragais, Roumens et Montégut-Lauragais a perdu ses ailes. La préfecture de Haute-Garonne ordonne son démontage et demande la mise en place d’un dispositif de surveillance.

Le mystère n’est pas encore résolu. Les 11 éoliennes, exploitées depuis 2009 par deux exploitants différents (5 et 6 éoliennes), disposent de l’autorisation administrative nécessaire. « Elles produisent en moyenne 40 GWh d’électricité par an, soit la consommation de 9 000 foyers environ« , indique la préfecture de la Haute-Garonne. Le samedi 2 avril, une pale d’éolienne s’est brisée sur une parcelle proche d’une habitation. Un incident qui aurait pu se transformer en accident : la pale de 40 mètres est accrochée à 60 mètres de hauteur. « Nous avons eu deux épisodes de tempête de vent dans les jours qui ont précédé l’incident. Nous pensons qu’ils sont à l’origine de la fragilisation du mécanisme de cette éolienne. C’est donc une panne mécanique qui a fait décrocher à la base cette pale, alors que l’éolienne était en fonction », explique un porte-parole de Véolia, l’un des deux exploitants, à La Dépêche.

Un dispositif de surveillance

Une dizaine de jours après l’incident, la préfecture de Haute-Garonne communique sur les avancées de l’affaire. Un contrôle a été réalisé par l’inspection des installations classées de la DREAL. Le préfet Étienne Guyot a imposé le 7 avril un périmètre de sécurité autour de l’éolienne. Cet arrêté demande également le démontage et la mise à terre des éléments susceptibles de chuter ainsi que la mise en place d’un dispositif de surveillance de type gardiennage. La préfecture demande la collecte des débris et la transmission d’un rapport analysant les causes de l’incident.

Les dix autres éoliennes du parc vont être examinées dans un délai de trente jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.