Crédit Photo : Image d'illustration - Croquant - Wikipédia

Haute-Garonne : Les agriculteurs en colère, opération escargot à Toulouse et ses alentours

Crédit Photo : Image d’illustration – Croquant – Wikipédia

Plusieurs centaines d’agriculteurs de Haute-Garonne et leurs engins se sont mobilisés ce jeudi 8 avril contre la réforme de la Politique agricole. L’opération dite « escargot » a investi les départementales de toute part: à Verfeil, Cornebarrieu, Pibrac, Capens, Auterive et Villefranche-de-Lauragais.

Cette mobilisation répond à l’appel de FDSEA 31 et des Jeunes agriculteurs 31. Dans le viseur des agriculteurs, la future politique agricole commune (PAC 2023). Ce plan stratégique national défend une accélération de la transition écologique des agriculteurs avec la mise en place « d’éco-régimes » (ou eco-scheme, en anglais). Cette nouvelle enveloppe de financements serait attribuée aux agriculteurs respectant des conditions strictes respectueuses de la biodiversité. Des critères jugés impossibles à appliquer, déconnectés des difficultés rencontrées par la profession. 

« Déshabiller Paul pour habiller Jacques »

Selon les premières projections, seuls 70 à 80% des agriculteurs ne pourraient pas bénéficier de cet éco-régime. « Il y a une mauvaise répartition de l’enveloppe de la PAC. Avec cette politique, on déshabille Paul pour habiller Jacques. Il n’est pas envisageable d’enlever des céréaliers à des éleveurs pour le redistribuer ailleurs », explique au micro de Pyrénées FM Elodie Doumeng, Présidente des Jeunes agriculteurs 31.  Une perte colossale de revenus est crainte si ce décret était adopté. « Cette décision va nous faire perdre presque 50 millions d’euros sur les fermes haute-garonnaises. » En Haute-Garonne, un agriculteur gagne en moyenne 350 euros par mois. « C’est le revenu agricole le plus pauvre de France ». L’éco-régime doit être présenté en juin à la Commission européenne par la France.  

Revaloriser la profession pour contrer la désertification

Conséquence directe de la précarité de la profession, les agriculteurs font face à une désertification des campagnes. Avec trois départs pour une installation, l’absence de renouvellement des générations renforce le cercle vicieux. Les agriculteurs mobilisés ce jeudi 8 avril avaient plus largement comme leitmotiv de redonner un sens à l’actif agricole. Pour ce faire, Jeunes agriculteurs 31 entendent toucher directement les enveloppes distribuées par la PAC. « L’argent est distribué aux métropoles, communes et structures sur notre département. On n’en a marre que les structures bénéficient de cet argent au détriment des acteurs concernés. On veut valoriser et légitimer l’agriculteur qui se lève tous les jours ».

Salomé Pineda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *