Crédit Photo : Grande Confrérie du Cassoulet

Coup de gueule de la confrérie du Cassoulet de Castelnaudary contre Raynal et Roquelaure

Crédit Photo : Grande Confrérie du Cassoulet

La grande confrérie du cassoulet s’indigne contre l’entreprise de plats cuisinés Raynal et Roquelaure. La cause : un produit vendu par l’usine aveyronnaise sous l’appellation de « Cassoulet de Castelnaudary ». Une publicité jugée mensongère, par les conservateurs audois. 

« C’est une publicité outrageante » se scandalise Jean-Yves Pradier. Voilà 3 mois que le grand Maître du cassoulet de Castelnaudary s’étouffe devant son téléviseur face à la pub de Raynal et Roquelaure. L’enseigne spécialisée en vente de boîtes de conserve « du terroir français » commercialise l’un de ses plats sous le nom de « Cassoulet de Castelnaudary au confit de Canard. » Or, d’après les conservateurs audois de la confrérie, aucun des produits utilisés ne provient du coin. 

Bien plus qu’une affaire d’appellation 

« Derrière cette appellation, il a le terroir, mais surtout une recette qui nous est propre. Nous avons une sélection de fournisseurs exigeante : nos haricots et notre viande viennent du Lauragais, notre saucisse de Toulouse. Sans oublier l’arome apporté par la cuisson en cassole, et notre ingrédient secret. »  Une recette avec une histoire vieille de 700 ans, qui participe au patrimoine historique de la ville et plus largement du département de l’Aude. Vécu comme une appropriation culturelle par les audois, l’étiquetage de Raynal et Roquelaure fait avant tout bondir pour la mauvaise publicité en conséquence. « Quand on fabrique un cassoulet tout à fait ordinaire on ne peut pas décemment se proclamer de Castelnaudary. Ce qui nous met en colère c’est l’induction en erreur des consommateurs sur la qualité de nos produits. » 

À qui la faute ? 

Comment la marque au slogan culte  « Je me régale c’est la faute à Raynal, j’en veux encore, c’est la faute à Roquelore » justifie t ‘elle cette polémique ? Sur son site figure la composition du produit qui fait débat. «  France » est le principal label affiché à côté de chaque ingrédient. La saucisse provient de Toulouse, et les haricots de Champagne-Ardenne selon la vidéo produite par la marque pour sa rubrique « traçabilité de nos produits ». Rien ne justifie a priori l’intitulé « Castelnaudary ». L’entreprise Raynal et Roquelaure n’a pour l’heure pas répondu à nos sollicitations.

Des procédures judiciaires envisagées 

Légalement, la conserverie aveyronnaise a le droit de vendre le cassoulet sous ce nom. « Nous n’avons pas protégé notre nom car nous n’avions jamais rencontré ce problème jusqu’ici …» confesse Jean-Yves Pradier. La confrérie du cassoulet a entamé des démarches auprès de juristes pour faire du cassoulet de Castelnaudary une appellation d’origine contrôlée.

Salomé Pineda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.