Crédit photo : Ferme l'Arizière

Ariège : solidarité autour d’un agriculteur dont le hangar avait brûlé la semaine dernière

À Daumazan-sur-Arize, il y a sept jours, un accident s’est déclaré dans le hangar de Victor Alicot et Camille Daigremont. Le bâtiment a été détruit dans sa totalité. Encouragés par leur entourage, ils ont lancé une cagnotte qui à l’heure actuelle atteint 5 300 euros.

« On nous a poussés à lancer cette cagnotte. Notre entourage voulait nous soutenir « , explique Victor Alicot. Il y a une semaine, dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 mars, le hangar agricole bâti en auto-construction depuis plus d’un an par le couple, a pris feu. Si pour l’heure actuelle, les circonstances de l’incendie sont méconnues, celui-ci à  » un impact pour le maraîchage. En effet, il y avait une chambre froide, mais également une salle de lavage automatique de carottes. Maintenant, il faut prendre beaucoup de temps pour laver les légumes à la main », déplore le jeune agriculteur.

La destruction de ce bâtiment écologique a également créé deux problématiques pour le couple. La première, une partie du hangar devait servir de lieu d’habitation pour le couple. La deuxième, désormais, la vente d’œufs des 180 poules de cet agriculteur n’est plus possible. En effet, sans son installation d’emballage agréé, Victor Alicot ne peut plus vendre à ses intermédiaires.

30 000 d’investissements 

Installé depuis juin 2019 à Daumazan-sur-Arize, le couple a toujours pensé à ce projet de création d’une ferme écosystème. Les raisons sont multiples :  » on pourrait en parler pendant des heures  » explique Victor Alicot, avant d’ajouter  » premièrement, nous aimons bien manger. Deuxièmement, nous avons visité plusieurs fermes d’écosystèmes dans lesquelles nous avons passé des moments excellents de partage. Les anciens nous ont montré leur passion, leurs connaissances. » Les autres motifs qui ont donné l’envie de se lancer dans cette aventure sont : la qualité de vie, mais aussi le fait  » d’être son propre patron  » explique Victor Alicot.

Au sujet de la reconstruction de l’hangar, le coût s’estime à 30 000 euros. Elle est prévue pour l’été 2022. Mais pour l’instant, ce n’est pas la priorité du couple qui doit trouver au plus rapidement un logement puisque ces derniers ne peuvent pas s’installer dans l’hangar, dont l’étage devait leur servir de maison d’habitation.  » Actuellement, nous vivons dans une caravane. En effet, le lieu où nous habitons en ce moment a été vendu » raconte le néorural. 

Enfin, dans les desseins à venir « nous nous sommes engagés dans un projet fou. Nous voulons devenir une entreprise, développer notre ferme en polyculture et l’élevage des poules », conclut Victor Alicot.

Liliana Brel

Crédit photo : Ferme l’Arizière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.