Crédit photo : sudptt31

Ariège : où en est la grève de la poste à Dreuilhe-Lavelanet ?

Crédit photo : Sudptt31

Depuis notre dernier article, la situation ne s’est pas améliorée entre les syndicats et la direction de l’entreprise, bien au contraire. Le conflit marque ce jeudi son 57e jour d’activité, après la mobilisation nationale de mercredi.

« Cette journée d’action est une des étapes du processus de lutte engagé par notre organisation syndicale » écrit la fédération CGT FAPT, alors qu’elle dépose un préavis national de grève pour le 19 mai. Les revendications sont assez similaires que celles exprimées à notre échelle plus locale, comme « la création d’emplois et le remplacement de tous les départs […], l’amélioration des conditions de travail ». 

Le collectif met en avant des suppressions de poste non justifiées, puisque l’entreprise connaît une croissance de bénéfices de 3,5%. De retour à Dreuilhe-Lavelanet, la situation n’est pas meilleure : la séance de négociation datant du 19 mai pourrait bien être la dernière. 

La rupture des négociations 

Il y a de l’électricité dans l’air en Ariège. Le DE de la Poste a annoncé qu’il ne se considérait plus comme le représentant de la société, durant la réunion du 19 mai. Il rajoute qu’il ne considère plus les syndicats comme les représentants des grévistes, action déclenchant l’arrêt des négociations dans leur format actuel. Selon le syndicat SUDPTT, la direction n’a pas joué son rôle, n’ayant avancé aucune proposition pour trouver un compromis. Les points de contestation évoqués restent les mêmes : la réorganisation du travail, qui rallonge les tournées afin de compenser aux suppression de postes. 

Un nouvel espoir de réconciliation ? 

Un courrier a été envoyé à l’initiative des syndicats, à destination de la direction et la préfecture, pour demander l’envoi d’un médiateur. Cette démarche semble la dernière étape vers une possible fin du conflit, dans le cas où elle débouche sur un accord entre les deux parties. Du côté des grévistes, un communiqué précise que « le personnel se refuse toujours à rencontrer le DE compte tenu des attaques personnelles subies lors des premières rencontres ». La situation reste donc encore trop floue pour que se dessine une issue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.