À la une

Ariège. La fête Nationale du Merens s’apprête à fêter sa 91e édition

today7 juillet 2024 à 16h49 1

Arrière-plan
share close

Chaque année, des centaines de passionnés et de nombreux éleveurs de toute la France se réunissent pour cet événement incontournable : la fête nationale du cheval de Mérens, organisée par la Société hippique d’élevage de la race pyrénéenne ariégeoise (Sherpa), aura lieu cette année sur une période de cinq jours, du 15 au 18 août à Bouan. Une journée de qualification se tiendra le 14 août à Prat-Bonrepaux.

Photo Martine Salvetat

« Le concours d’étalons aura lieu à Prat-Bonrepaux, confie Sophie Alzieu, membre de l’association Sherpa, et les autres concours et animations se dérouleront à Bouan à compter du jeudi 15 jusqu’au dimanche 18 août ».

Un cheval doué d’une facilité d’apprentissage

Originaire de la haute vallée d’Ariège, dans les Pyrénées, le cheval de Mérens, surnommé par les habitants « Le prince noir de l’Ariège » en raison de sa robe noire, est renommé pour son coté robuste. Gracieux et doux, ce petit cheval, mesurant entre 1,45 m et 1,55 m au garrot, allie parfaitement endurance et élégance, et pourrait être l’un des plus anciens de sa race, selon le Sherpa, qui fait le rapprochement entre l’équidé et les dessins retrouvés sur les parois de la grotte de Niaux.
La sûreté de son pied et sa polyvalence en font un cheval prisé. Le Mérens fait également preuve d’une facilité d’apprentissage, et d’une bonne maniabilité. Il se classe régulièrement aux championnats de France de TREC (Techniques de randonnée équestre), monté et attelé, et a été sélectionné lors des derniers championnats de France d’endurance jeunes chevaux.

« C’était autrefois un cheval de travail, qui est devenu aujourd’hui un cheval de loisirs. Il est élevé dans les estives, c’est le cas dans les Pyrénées mais aussi dans les Alpes ou en Auvergne, où des troupeaux de juments avec leurs poulains vont y passer quasiment six mois. Ce qui leur confère une très bonne rusticité, et ce sont des chevaux qui peuvent vivre dehors toute l’année », souligne Sophie Alzieu.

Concours, démonstrations, épreuves

Photo Martine Salvetat

A partir du 15 août prochain, différentes épreuves et de nombreux concours vont se succéder sur le grand terrain communal situé à l’entrée du village de Bouan. Il y aura « d’une part des phases qualificatives pour les éleveurs de la région Occitanie, et les finales samedi et dimanche ». Concours d’utilisation, attelage, maniabilité montée, équidés cup : les meilleurs chevaux de Mérens seront donc distingués dans chaque discipline. « Durant toute la manifestation, des chevaux de Mérens sont en compétition à travers différents concours (élevage, allure et concours d’utilisations), et nous essayons de montrer par le biais de spectacles toute sa polyvalence. Cela va de l’épreuve d’éducation pour les plus jeunes, au rallye ou au saut d’obstacles pour les adultes », souligne la bénévole.

Dimanche 18 août, les spectateurs pourront admirer diverses démonstrations, notamment la traditionnelle descente des éboulis. Une épreuve impressionnante, qui consiste à descendre une pente très importante d’éboulis, avec des chevaux. Une épreuve durant laquelle le cavalier et le cheval travaillent en toute confiance, et qui reflète avec brio la technicité et la sûreté du pied de l’animal. Enfin, la dernière animation de ces cinq journées sera consacrée à la course de galop.

De nombreux exposants accueilleront les visiteurs. Une restauration sur place est prévue pour ceux qui souhaitent prolonger la journée.

A lire aussi : Ariège. J-2 avant le festival de cinéma international « Résistances » à Foix

Écrit par: Stephanie Leborne

Rate it

0%